"J'ai la haine de la haine et je désapprouve toute violence dans les rapports entre les hommes." 

Felix Houphouet Boigny

Le responsable de PRO-Jeunes Côte d’Ivoire, visite Studio Mozaik.

57% des jeunes Ivoiriens ont moins de 25 ans. Parmi eux, il y a 350 000 nouveau actifs tous les ans. Il est visible qu' il y a une économie post-crise dynamique, mais il y a malgré tout, peu de perspectives d’emplois salariés pour les jeunes. 4,3 millions de jeunes sont sous-employés. Pourquoi ? Le constat est simple: Il y a un manque de compétences, de connaissances et de ressources afin de pouvoir saisir les opportunités quand elles surviennent. 

Il leur faut donc des formations professionnelles qualifiantes adaptées au marché du travail, donc en phase avec de potentiels débouchés. L’entrepreneuriat de est de plus en plus promu en tant que moyen (parmi d’autres) de faciliter l’insertion socio-pro des jeunes. Une jeunesse auprès de qui, les NTIC trouvent un certain engouement. Il faut dire qu'ils accroissent leur autonomie d’apprentissage, mais, attention ! Il n'y a pas que ce secteur. 

 Ouvrons donc les yeux et regardons du côté des petits métiers, pourquoi pas du jeune déscolarisé qui au lieu de trainer dans les rue d'Abidjan, retournerait à la terre pour cultiver et écouler les produits de la terre, du vendeur ambulant de Thé et de Café, du vendeur de Garba, dans le "Restaurant duquel nous faisons quotidiennement d'interminables queues, bref !!! Pro Jeunes, ça doit être tout ça.

Merci à Monsieur Koffi de nous avoir visité ce jeudi après midi. Studio Mozaik sera à leurs côtés pour que la jeunesse, l'avenir de ce pays, intègre le tissus socio-économique, par la grande porte et non celle de la facilité.